Autoportrait

Philippe Burnel dit Pé Point

(Parce qu'il est toujours utile de savoir à qui on a affaire)
 
 



 
 

Né le 24/04/55. marié avec Sophie depuis 1977 (!!), trois (grands) enfants et deux  petits-fils qui font toute ma joie : Adel et Léon.
Profession : Professeur d'éducation physique Hors Classe qui n'attend que d'être hors des classes (même si mon hypertrophie abdominale ne le laisse pas deviner).
Nationalité : Normand d'adoption depuis 35 ans mais d'origine hybridogène entre une malouine et un lorrain. (Pour info : malouin = habitant de St Malo - "Ni français ni Breton, Malouin je suis" est la devise de la cité corsaire, et j'en suis fier !)
Signes particuliers : Ancien grand timide qui s'est soigné. Ce qui fait dire à certains que le traitement a sans doute été poussé trop loin ! Je dis ce que je pense, mais je ne pense pas toujours ce que je dis !!

J'ai collaboré à la rédaction de la Revue Française des Cichlidophiles de 1989 à 2002 d'abord aux côtés de Patrick Tawil puis de Hugues Gellereau et enfin de François Semence. De chacun j'ai appris beaucoup de choses et je leur en suis très reconnaissant. J'ai été chargé de la réception, correction et mise sur support informatique de tous les articles publiés ainsi que de la pré-sélection des photos tout cela avant la réalisation de la maquette finale par F. Semence. Un gros boulot et c'est pour ça que j'ai souvent grimpé aux rideaux en lisant certaines âneries publiées l'afc.
J'ai également collaboré occasionnellement avec la revue aquariophile Aqua-Plaisir, hélas aujourd'hui disparue, avec les éditions Hachette pour les fiches Cichlidés de "Aquarium Pratique" (rééditées sous forme de livres (Choisir ses poissons d'eau douce) et avec les éditions Larousse (Poissons et Aquariums). 
Jean-Claude Nourissat m'a surtout fait l'immense honneur de me choisir pour coordonner la rédaction du Guide des Cichlidés édité par l'AFC. Ce travail m'a pris beaucoup de temps mais, même si je pense que quelques chapitres pourraient encore être meilleurs, j'en suis très fier.
J'ai terminé par la relecture du livre de Patrick de Rham et J.C. Nourissat "Les Cichlidés endémiques de Madagascar".
Je suis aussi Membre d'Honneur de l'AFC depuis 1993. J'ai abandonné toute activité au sein de l'AFC en 2002.
 
 
 
Je collabore depuis longtemps au site de Juan-Miguel Artigas Azas (Cichlidroom Companion) dont j'ai effectué la version française de la "trame" et de  quelques fiches. 

Je suis "fellow" (sorte de membre d'honneur) de ce site depuis 2006.
 
 

avec Juan-Miguel au congrès de Vichy 2011.


 

Passions :
Les Cichlidés bien sûr ; Tanganyika et Malawi, Cichlidés sud-américains, Geophages entre autres pour finalement revenir au Tanganyika. Mais aucun beau Cichlidé ne me laisse indifférent même si, il faut bien l'avouer, cette passion est très en sommeil actuellement, et approche même la mort cérébrale. J'adore me torturer l'esprit avec un peu de systématique (à dose modérée) ; certains m'ont d'ailleurs surnommé "Allgayer bis", mais ya quand même des limites à mon sado-masochisme.

J'aime beaucoup faire des photos de Cichlidés, elles ne sont pas toujours floues. Au passage je remercie Alain Sageret qui a longtemps collaboré à la rédaction de la RFC et qui m'a ouvert les yeux voici 25 ans sur la qualité médiocre de mes diapos. Ses remarques m'ont permis de progresser, si seulement certains autres pouvaient également écouter les conseils sur ce sujet....

Vers le début des années 90, grâce à mon ami Jean-Yves Ténière, ancien  cichlidophile, j'ai découvert les Orchidées indigènes de France et d'Europe. Depuis je ne cesse dès le printemps de parcourir les prés et côteaux pour les photographier, ce qui m'a porté dans le sud de la France, l'Espagne, le Maroc (un tout petit peu), la Tunisie, Rhodes. Les Orchidées exotiques prennent, quant à elles, de plus en plus la place des aquariums. Les plantes carnivores, plantes grasses et toutes les bizarreries botaniques que la Nature a généreusement créé, constituent aussi une grande part de mon temps libre mais toujours simplement pour pouvoir les photographier
Parcourir la Nature préservée pour photographier des plantes m'a également permis de découvrir un monde magnifique, celui des insectes et j'ai de plus en plus de plaisir à les immortaliser et à apprendre à les connaître.

D'un point de vue orchidophile, j'ai collaboré à la SFO-Normandie (bulletin, site web) que j'ai quittée en décembre 2012 car je n'aime pas qu'on traite une personne que j'apprécie de "cinglée".. J'ai aussi "lancé" un forum consacré aux Orchidées indigènes http://ophrys.bbactif.com/ dont je suis très fier de la réussite. 



Enfin à  l'automne 2006, après un voyage en Martinique qui m'avait donné quelques idées subaquatiques,  je me suis (re)lancé dans la plongée sous-marine, troquant le matériel de chasse pour les bouteilles afin d'aller explorer les richesses sous-marines :

Depuis il ne peut y avoir de vacances sans plongées. J'ai ainsi exploré diverses mer et océans :  Manche avec de nombreuses plongées dans la région de St-Malo, l'Atlantique, la Méditerranée (Port-Cros, îles Medes en Espagne, Kemer en Turquie), les Canaries, Madère, la Mer Rouge (10 fois dont une croisière au Soudan) , les Maldives la Guadeloupe, la République Dominicaine.

Qualités et défauts (à vous de choisir où vous les placez)

Emmerdeur et grande gueule - Un "défaut" que j'entretiens d'ailleurs souvent outre mesure, uniquement par provocation. Ce qui ne me vaut pas que des amis, mais je les m......

Je ne suis jamais content et je trouve toujours qu'on pourrait faire mieux ; c'est pour cela que j'ai été fâché avec la RFC pendant plusieurs années: mauvaises photos souvent mal légendées, textes non corrigés. Mais il faut dire quand c'est bien et ces dernières années ont vu de bien beaux progrès (malgré quelques buggs pardonnables) remettant  bien en valeur cette petite revue qui m'est chère.

Incapable de refuser quoi que ce soit à un ami.

Hypernerveux, je démarre au quart de tour dès qu'un con me fait chier alors que je ferais mieux de laisser courir, et "Diplomate à gros sabots" légendaire. Je suis actuellement en cours de traitement intensif pour remédier à ces deux problèmes.

J'aime que les gens écrivent, au moins à peu près correctement, le français notamment sur le web. Ecrire correctement c'est montrer que l'on respecte son lecteur. J'ai donc horreur du langage SMS et de toutes les approximations qui ne font que montrer l'inculture de ceux qui les produisent. 

J'ai beaucoup de mal à supporter la connerie humaine, ce qui fait que, bien souvent, je me demande comment j'arrive à m'auto-supporter.

J'adore la bonne bouffe. Dans ma famille chacun sait qu'il est plus rentable de m'inviter au cinéma plutôt qu'au restaurant !
 
 

Pourquoi Pé Point ??? Eclaircissons le mystère :

Au début des années 90 quand Hugo prit la rédaction de la RFC, il pataugeait un peu dans la semoule informatique. François Semence est alors descendu à Nîmes pour lui expliquer les finesses de la mise en page. Tous deux prirent alors quelques articles en stock pour faire des essais. Parmi ces articles l'un d'eux était consacré aux sels du Tanganyika et prenait fréquemment en référence un article que j'avais écrit auparavant. J'avais tapé cet article et, comme ça me gonflait d'écrire en entier Philippe Burnel, j'avais réduit à P. Burnel. Ce P. Burnel revenait sans cesse sur l'écran de Hugo et tout deux me baptisèrent alors Pé Point.

Cette plaisanterie dure maintenant depuis très longtemps et j'aurais pu y mettre un terme. Ce n'est pas aujourd'hui que je vais le faire, simplement parce que ce Pé Point me rappelle un ami maintenant disparu dans un tragique accident de voiture.

Retour au sommaire