Retour au sommaire
Orchidées hybrides en Normandie

Dactylorhiza - Orchis - Anacamptis - Ophrys - Platanthera -


Les orchidées ont généralement une grande facilité à s'hybrider entre elles, particulièrement quand elles sont génétiquement proches. Certains genres étant même devenus spécialistes de la chose, rendant parfois l'identification des plantes particulièrement malaisée. Cela fait aussi partie du plaisir du naturaliste de découvrir desplantes sortant de l'ordinaire. 
 
 
Les hybrides de Dactylorhiza sont très communs dans la région et parfois bien difficiles à déterminer d'autant plus que les taxons en eux-même sont déjà très variables
En effet, si l'identification ne pose guère de problème quand on a affaire à des espèces bien claires et que les parents sont présents sur le site, il n'en va pas de même quand on trouve une population dont les parents ont disparu, ou quand il y a plus de deux espèces sur le site ou à proximité voire même quand on arrive à des hybrides de deuxième ou troisième génération. On ne peut alors faire que des suppositions.
Voici quelques hybrides, trouvés dans notre région et dont l'identification est vraisemblable, elle est toutefois donnée avec réserve.
 
 
Ils sont présentés encadrés par les parents






Ci-contre hybride inconnu (Aizier)

D. maculata X D. praetermissa
D x hallii
 


 
 
 
 
 

D. fuchsii X D. majalis
D x braunii

 

 
 
 
 
 

D. fuchsii X D. junialis

 

 
 
 
 
 
 
 

D. fuchsii X D. praetermissa
D x grandis

 

 
 
 
 

D. incarnata X D. majalis
D. x aschersoniana

 

 
 
 
 
 

D. incarnata X D. praetermissa
D. x wintonii

 
 

 
 
 
 
 
Les hybrides de Saint Andrieux

En 1999, J.Y Ténière m'a conduit à St Andrieux près du Havre afin d'y observer de drôles d'hybrides de Dactylorhiza.
Outre maculata X praetermissa (haut de page), nous avons pu observer de belles plantes relativement inclassables (peut-être maculata X majalis) si ce ne sont des hybrides de 2è ou 3è génération !

 

 
Je suis retourné à St Andrieux en juin 2013 afin de voir où en est la population. De nombreux D. praetermissa, D. maculata et des hybrides à foison sur lesquels il est souvent difficile de mettre un nom.


 
 
 
 
X Dactyloglossum mixtum

Il s'agit d'un hybride entre Dactylorhiza fuchsii et D. viridis.
Considéré comme hybride intergénérique (Coeloglossum X Dactylorhiza) il ne peut l'être si Coeloglossum  est intégré dans les Dactylorhiza.
Cette plante a été observée pour la première fois en 1996 en Haute-Normandie dans la Vallée de l'Oison.
Le site (couverture de l'Atlas des Orchidées de Haute-Normandie) très riche en orchidées à cette époque a fait l'objet d'une convention de gestion entre le propriétaire et le CSNHN, convention maintenant à l'abandon et les fuchsii sont devenues aussi rares que les "Coeloglossum" et l'hybride n'a pas été revu depuis de nombreuses années.

Ce site abritait également un pied de Platanthera bifolia (rare dans le secteur) et - comme par hasard !!! - son hybride avec P. chlorantha....

 + 
=
Photos : juin 1997



 
 
 
 
Hybrides d'Orchis

 

O. militaris X O. purpurea
Orchis X hybrida

Il s'agit d'un hybride très courant puisque présent quasiment sur tous les site où les deux espèces sont sympatriques.
Il a souvent un aspect de militaris dont le casque serait coloré à l'extérieur. Toutefois la variabilité, notamment de purpurea, peut parfois poser des problèmes d'identification certaine. 

 


 
 

Orchis militaris X O. simia
O. x grenieri


On ne connait en Normandie que quelques pieds de l'hybride entre Orchis militaris  et Orchis simia. Comme par hasard.... à Orival !

 

Orchis purpurea X O. simia
O. x angusticruris


On ne connait en Normandie que quelques pieds de l'hybride entre Orchis purpurea et Orchis simia. Comme par hasard... aux communaux !

 


 
 
 
 
Anacamptis X intermedia

(A.laxiflora X A. palustris)
Cet hybride est très courant sur le site normand où A. palustris est présent.
Il n'est pas toujours facile à identifier toutefois on peut se baser sur :
1/ lobe central plus court que les latéraux) - laxiflora
2/ présence de marque dans la partie centrale du labelle (palustris).
Il est bien évident que certaines plantes peuvent être très litigieuses car tendant plus vers l'un ou l'autre des parents.


 
 

Anacamptis X parvifolia

(Acoriophora X A. laxiflora)
Cet hybride, très rare chez nous (un seul pied), a été découvert en 2009
il ne semble pas avoir été revu depuis

 

 
 
Hybrides d'Ophrys

 

Ophrys apifera X O. fuciflora
O. x albertiana


Il s'agit d'un hybride que l'on rencontre occasionnellement. Très variable il peut parfois être difficile de le différencier d'une variation d'Ophrys fuciflora. On pourra se baser sur : 
Labelle bombé à impendice intermédiaire (pas franchement vers l'avant mais pas franchement vers l'arrière !)
Champ basal plus haut que large.
Gibbosités très importantes

Cet hybride est vraisemblablement à l'origine des mentions de Ophrys scolopax dans la moitié nord de la France.


 

  =

Saint-Samson de la Roque
 
 


 

Orival, juin 1995

 


 

Ophrys aranifera X O. fuciflora
O. x obscura


On ne connait actuellement qu'une seule station de cet hybride dans la vallée de l'Eure.
La station abritait près d'une dizaine de pied au début des années 2000 mais il semble qu'elle soit en fort déclin du fait de son abandon et de la présence d'herbes de plus en plus hautes.
 
 


     =


 
 
 
 

Ophrys aranifera X O. insectifera
O. x hybrida
Plante découverte à Giverny en 2013
 


=



 
 
 
 
 

Hybrides de platanthères 

 

Platanthera bifolia  X P. chlorantha
P. x hybrida



Pour identifier correctement cet hybride il faut observer les masses polliniques : parallèles et serrées chez P. bifolia divergentes et écartées (en V inversé) chez P. chlorantha
L'hybride possède généralement des pollinies écartées et parallèles. L'hybride est présent en grand nombre sur un site de la vallée de l'Eure.
 


=