Aulonocara "Colorfull"             Article publié dans Aquaplaisir n°32

 
Je sais, personne n'a jamais entendu parler de cette espèce ou variété géographique. Colorfull = plein de couleurs.

Les espèces pétricoles du genre le sont, n'importe quel amateur un peu éclairé vous le confirmera. Dans le lac Malawi, pratiquement chaque éboulis rocheux, chaque pointe, possède sa forme chromatique. Si on étudie d'un peu près A. stuartgranti et les "espèces" qui lui sont apparentées, on se rend compte que la variété des colorations est immense.
Depuis les poissons entièrement bleus jusqu'aux poissons pratiquement entièrement jaunes, en passant par les formes ayant des taches rouges sur l'épaule (le fameux "Aulonocara Red Flush"), le choix des formes naturelles est vraiment considérable. Ajoutons à cela les autres espèces possédant  éventuellement également leur lot de formes chromatiques, il y a donc de quoi satisfaire le plus exigeant des aquariophiles. Quand on sait que, en milieu naturel tous  les intermédiaires existent, vous comprendrez aisément qu'il n'est pas toujours évident de s'y retrouver dans les diverses espèces et/ou variétés géographiques, et encore nous ne faisons ici allusion qu'aux mâles, les femelles étant parfois (voire souvent) absolument indiscernables, vous comprendrez que le meilleur des cichlidophiles peut y perdre son latin !


 
Mais, semble-t-il, cela ne suffisait pas ! Les couleurs n'étaient-elles pas assez chatoyantes ? Le bleu pas assez lumineux ? Non, c'était plutôt le rouge qui n'était pas assez étendu, ou le jaune trop "pâle" !
Alors ça a commencé ! On a croisé, hybridé, sélectionné pour obtenir des "choses" toujours plus colorées. Comme si Dame Nature n'en avait pas encore assez fait !

Habituellement ce sont les éleveurs du Sud-Est asiatique qui  nous envahissent avec leurs Discus "fantôme", "Pidgeon Blood", "Cichlidé Parrot", "Chanda fluo" ou autres "Xypho Ballon" ; cette fois ce sont les éleveurs hollandais qui s'y sont mis ; ils nous ont sorti des Aulonocara "Eureka", "Rubensis", "Mandarino", sans parler de leur dernière découverte: Aulonocara "OB", c'est à dire rose jaunâtre avec des taches sombres ! Un membre de l'AFC de la région d'Angers me signale même avoir vu récemment chez un important grossiste hollandais des Aulonocara à tête jaune, corps bleu et yeux rouges !!! Où va-t-on s'arrêter ?
Le pire c'est que ça se vend, on peut même dire que ça se vend bien.

Certes, ces poissons sont assez jolis à regarder, les couleurs ne manquent pas. Mais pourquoi ? Pourquoi toujours créer de nouvelles choses quand la Nature a si bien fait son travail ? L'homme saura-t-il un jour se contenter de ce que la Nature a fait ? Avez-vous déjà vu un Guppy sauvage ? C'est tout petit, avec des couleurs délicates, en fait c'est très beau ! Pourquoi voulez-vous toujours acheter des formes voile, double-épée, "peau de serpent" etc, etc..? Pourquoi acheter des "Aulonocara Eureka" quand les formes sauvages sont si belles et si variées ?
Pourquoi l'homme, qui n'est jamais qu'une espèce animale dominatrice (plus que "évoluée") voudrait-il toujours modifier la Nature à son profit. Son profit n'étant d'ailleurs qu'un profit pécuniaire.
Oui, tout cela c'est pour l'argent, le vôtre !
Mais si, au lieu de vous jeter sur ces variétés toujours plus colorées, toujours plus difformes, vous appreniez à découvrir, à apprécier la beauté naturelle ! Est-ce que ce n'est pas la meilleure méthode pour protéger la nature ? Pourquoi créer sans cesse de nouvelles espèces d'Orchidées quand il en existe environ 35 000 au monde ?  Autant cultiver, et reproduire, les variétés naturelles qui sont parfois en grand danger dans leur habitat.
Maintenir, élever, reproduire les formes animales ou végétales sous leur forme naturelle, c'est aussi leur assurer un avenir et, qui sait, peut-être (malheureusement !) leur seul avenir. C'est ainsi vouloir que leur habitat naturel soit préservé, pour longtemps.
Certains rétorqueront que la maintenance de formes sauvages induit leur prélèvement dans la nature. C'est évidemment exact, mais les prélèvements en milieu naturel à des fins aquariophiles sont ridicules par rapport aux prélèvements à des fins alimentaires, et encore plus ridicules par rapport aux disparitions provoquées par la destruction des biotopes.
C'est une vue différente de l'aquariophilie qu'il faut avoir, une vue naturelle, disons même naturaliste plutôt qu'une vue purement esthétique. Et encore peut-on considérer comme étant esthétiques toutes ces formes nouvelles qu'on vous jette en pâture ?

Et comme si tout cela ne suffisait pas, j'ai pu découvrir sur le Web une enquête pour une création d'entreprise. Je livre à vos rires et sarcasmes ces quelques passages :

«Mon projet consiste en la création d'un colorant pour aquarium à but décoratif. Ce colorant (évidemment inoffensif) se présentera sous forme de liquide à verser dans l'aquarium. Différents coloris seront proposés.»
Ensuite : «Par quel(s) coloris seriez-vous intéressé? (Plusieurs réponses possibles) : bleu, rouge, mauve, jaune, vert, orange, autre(s) »
Vient ensuite la cerise sur le gâteau : «Etes-vous intéressé par des coloris fluorescents ?».

Personnellement je vous propose de manger des betteraves rouges cultivées à Tchernobill et de pisser dans vos bacs vous aurez une belle couleur rouge-fluo et au moins ce sera naturel, vous y mettez de jolis Aulonos OB x Eureka x Albinos qui évolueront autour du bateau pirate coulé en compagnie du scaphandrier qui monte et descend au rythme de votre pompe à air.
Comme le dirait un journaliste bien connu de France-Inter : «Le progrès fait rage et le futur ne manque pas d'avenir».
 
 

Le musée des horreurs : l'application de cet article !

autres articles

Retour sommaire