Retour sommaire "Orchidées"
Virée Drôme 2019

15 au 23 mai

Texte - Photos des Orchidées - Autres plantes



Depuis longtemps j'ai décidé un séjour vers les contreforts Sud du Vercors de façon à voir certaines espèces mal vues ou pas vues. Parmi celles-ci deux Orchidées constituent mon objectif principal : Androrchis pallens vu les pieds dans la neige en 2016 et Androrchis spitzelli encore jamais observé.
Pas facile de se décider sur le moment du départ car l'année est bien particulière. Après moultes changements je démarre le mercredi 15 mai car il fait beau mais la météo va se gâter pour le week-end et je veux être au vallon de St Genis lundi pour une sortie en groupe. Donc autant profiter du beau temps avant la pluie.
J'envisage le trajet en deux étapes, en fait je ferai tout dans la journée.

Depuis bien longtemps un château attire mon regard en passant sur l'A6 (Chateauneuf près de Pouilly-en-Auxois), j'en profite donc pour faire le détour et je visite le très beau village.



Ensuite, un nouveau détour par Lusigny-sur-Ouche dont j'avais visité un site à Orchidées en 2016. Les floraisons commencent à peine : Orchis militaris en début de floraison, Orchis anthropophora en bouton, l'hybride presque ouvert. Quelques Orchis militaris X purpurea. Neotinea ustulata est bien ouvert.

Je reprends la route jusqu'à Chabeuil, près de Valence, qui me servira de camp de base pendant quelques jours


16 mai

La météo est superbe. Je décide d’aller à Font d’Urle. La route par le col des Limouches est fermée et je dois prendre une déviation. Il y a pas mal d’orchidées en bord de route O.simia, litigiosa, cephalanthere, Orchis anthropohora, etc. Je passe par le col de Cavali. Quelques Androrchis mascula et provincialis. Un peu plus loin de beaux Dactylorhiza sambucina, Anacamptis morio et Orchis simia. Je me détourne vers le col de Tourniol. Je n’y trouve pas les Androrchis pallens vus en 2016. A force de m'arrêter partout je commence à me dire que je n'arriverai jamais à Fond d'Urle !!
Je continue la route. Col de la bataille... route fermée, je ne pourrai donc pas aller à Font d’Urle aujourd’hui par cette route. Pique-nique dans un cadre magnifique.


J’explore le secteur du col de Bacchus. Beaucoup de sambucina, simia, morio. Neotinea ustulata et O. anthropophora démarrent à peine.

Je descends vers le Sud et la vallée de la Drome. En route, après Plan de Baix je repères des plantes bizarres. Ce sont des hybrides d’Homme-pendu avec simia. Plus loin, des limodores sont près à s’ouvrir. Une petite route, à Aouste-sur-Sye, un terrain semble sympa... Ophrys lutea que je n’avais pas vu depuis très longtemps et Ophrys fuciflora subspc druentica. Ophrys lutea semble rare dans le département.

Je m’arrête ici et là pour des cephalanthères, limodores. Je fais le tour de la forêt de Saou. Une prairie attire mon regard. Elle est couverte de chandelles roses, ce sont des Orchis simia et militaris en grand nombre. Certaines plantes pourraient être des hybrides. Je vois aussi ce qui peut être simia x purpurea mais sans voir purpurea. Il y a aussi des pyramidales, plathanteres, Ophrys druentica et, surprise, un pied de Serapias vomeracea.

17 mai

Temps gris et quelques gouttes de pluie. Jean-François Tisserand m’a indiqué un nouveau site à Androrchis pallens près de tourniol. Gagné, il y en a au bord de la route, j’y suis passé devant hier sans rien voir ! En redescendant vers Barbières, un talus et la pelouse qui le surplombe m’attirent. Beaucoup de militaris, pourpres, hybrida, simia, aceras , ustulata, quelques litigiosa, fuciflora et bertolonii saratoi (drumana) dont un pied à périanthe verdâtre. Bel endroit mais la pluie se fait plus présente.

En continuant la descente, je repère quelques Ophrys fuciflora sur le bord du talus. Conduire dans les virages en regardant le talus c’est tout ce que ma femme adore. Ça tombe bien.... elle n’est pas là !
Un peu plus bas, borne 28, toujours les mêmes espèces avec davantage de platantheres, de fuciflora et de drumana. Également Androrchis provincialis au labelle immaculé.

La combe d’Oyans. Pas mal de drumana et insectifera et, bien sûr, l’hybride magnifique. Un pied de drumana à périanthe et macule blancs et un autre à labelle atrophié.

A Beauregard-Barré je vois simia, aceras et l'hybride. Ophrys insectifera, O. fuciflora. Je ne trouve pas le deuxième site que JF m'a indiqué, je ne suis pas allé assez loin !

18 mai

Direction Crupies vers les sites visités en 2016.

L’herbe est bien mouillée mais le ciel se dégage un peu
Beaucoup de fuciflora, quelques bertolonii (Aurélia), de rares hybrides entre ces deux espèces. Une plante que je pense hybride apifera x fuciflora. Des simia, militaris, platantheres et pyramidales, ces derniers en début de floraison.

Je remonte un peu la D330. Arrêt au hasard. Je reconnais l’endroit où nous avions mangé en 2016. Il y avait un bertolonii hypochrome . Je finis par le trouver. Il est couché, rosette et bas de la hampe noirs, il a dû prendre un coup de gel.

JF m’envoie un nouveau pointage. Au début pas grand chose puis ensuite des zones entières couvertes de rosettes avec les hampes broutées. Je trouve quand même de beaux bertolonii, des fuci, des quantités de simia et, parmi ces derniers dans un m², 5 hybrides anthropopophora x simia et ils sont tous de couleurs différentes. Certains sont très clairs, c'est assez ihabituel. Mais pas d’homme pendu à l’horizon..
Je finis par en trouver une dizaine et, surprise, trois sont hypochromes. Je trouve aussi un simia hypochrome, ce qui peut expliquer la couleur très claire de certains hybrides.
Un peu plus bas, encore trois hybrides au milieu de leurs parents.

Autre secteur.beaucoup de bertolonii, des fuci et l’hybride, N. ustulata.
Il est facile de repérer les Orchidées ici, l’herbe est couchée autour des pieds remarquables, voire même soigneusement tondue ! Certains viendraient ils avec une mini tondeuse ? En tout cas c’est sympa, ça évite de chercher longtemps. Mais bon c'est quand même un comportement un peu limite.
JF m’a envoyé un autre point au dessus de Bourdeaux au col de la Boutiere. Beaucoup de morio, des ustulata et quelques Dactylorhiza fuchsii. Je repère aussi des traces dans l’herbe haute, je les suis.... Dactylorhiza occitanica. Décidément les orchidophiles ne sont pas discrets.

Il fait gris et il pleut, je décide de rentrer par une toute petite route vers Saillans par le col de la Chaudière qui, visiblement, n’est pas en marche.. 10 °C sous la pluie.. vu qu’on est en altitude, 1000 m, j’ai l’espoir de voir pallens. bingo ! Je trouve pallens et, mieux, des hybrides avec mascula. Ils sont bien repérables par leur couleur intermédiaire, la forme de leurs feuilles et fleurs. Elle est pas belle la vie ?





19 mai


Temps de m..... il a plu toute la nuit, je me décide à sortir du duvet à 9h30... record !!

JF m’a envoyé des infos pour Anacamptis fragrans vers Beaumont-Monteux.

Je trouve facilement les trois sites. Il y a beaucoup de hampes mais pas encore de fleurs. Il ne manque pas grand chose. Quelques fuci.

Je me dirige vers un autre site proche visité en 2016. J’y retrouve des hybrides morio x pyramidalis très avancés et des Neotinea tridentata, les premiers du séjour.

Les hybrides avec fragrans ne sont pas encore visibles

Photos sous le parapluie... pas génial.


Direction l’Ardèche près de Pourchères. Un grand pré abrite Anacamptis laxiflora et morio (la fin) et leur hybride, Serapias vomeracea et lingua avec de nombreux hybrides, Anacamptis coriophora, Ophrys apifera, Androrchis mascula.

L'hybride coriophora x laxiflora aurait été observé mais je ne le trouve pas malgré un point GPS précis



20 mai

Temps bien maussade pour ne pas dire plus aujourd’hui pour aller explorer LE mythique vallon de St Genis en compagnie de Jean-Francois mais aussi d’autres orchidophiles de renom, Francis Dabonneville, André Soulie notamment.

Il pleut parfois bien fort mais les hybrides divers nous régalent les yeux une fois de plus.

Le nombre d’espèces et la densité sont toujours incroyables. Nous passons tous une extraordinaire journée dans un cadre toujours aussi magnifique au milieu de ces si belles plantes que nous affectionnons tous.

Une fois de plus notre guide aura été irréprochable, nous montrant tout ce qu’il ne faut pas rater et notamment les fameux "Mickeys  de St Genis" et l’Ophrys qui lui est dédié Ophrys X tisserandii (fuciflora x speculum). Et tant d’autres merveilles





21 mai

Changement de camp de base, je quitte le camping de Chabeuil pour celui de Châtillon-en-Diois.

De là je pars faire un tour vers le vallon de Combeau.

Premier arrêt pour des sabots de Venus, mais ils ne font que 10 cm. Je continue vers le vallon. J’explore les stations que l’on m'a indiquées, sans succès, je cherche l’Androrchis spitzelii. J’en trouve mais pas fleuris.

Je continue jusqu’à la fin de la route et décide de monter un peu le chemin.

C’est très beau. Il y a des scilles à deux feuilles (Scilla bifolia), des renoncules de Kuepfer (Ranunculus kuepferi), des orchis sureau, des gentianes.

Une tache de neige attire mon regard, je m’y dirige. Il y a plein de Crocus versicolor et, surprises, des soldanelles (Soldanella alpina). Je suis ravi de cette observation.

Je redescends, m’arrête à nouveau sur le site des spitzelii. Rien. Des grassettes au bord de la route mais elles ne sont pas en fleur, dans le pré en face, plein de D.sambucina.

Je reprends la route. Sur le talus des mascula m’attirent. Je m’arrête un peu plus loin. Je remonte à pied. Un orchis pourpre. Bizarre, pas ça que j’ai vu ! Encore un peu.... et oui, Androrchis spitzelii et non mascula. Quatre pieds au bord de la route, il y en a encore 3 ou 4 autres en fleur plus haut sur le talus. Ils sont en plein soleil, sympa pour les photos. A priori ce serait une nouvelle station... cool !

C’était là objectif essentiel de mon voyage.



22 mai

JF vient me rejoindre à Châtillon. De là nous prenons la route vers le col de Ménée. Les Androrchis pallens y sont superbes, bien frais, un régal.

Nous passons ensuite côté isérois vers le col de Prayet où nous retrouverons Jean-Pierre.

Nous y trouverons des Dactylorhiza viride dont les hampes ne portent encore que les boutons, un pied de Listera cordata (Neottia si ça vous fait plaisir) que je n’avais pas vu depuis longtemps (c'est vraiment microscopique !), des A.pallens ainsi que l’hybride pallens x spitzelii.

Ensuite vers Trezanne, au pied du somptueux Mont Aiguille, nous explorons plusieurs secteurs où nous observons encore mascula, pallens et spitzelii mais pas d’hybrides. Évidemment je passe sur insectifera, litigiosa, purpurea etc qu’on ne regarde même plus.


Je profite de la fin d'après-midi pour visiter Chatillon-en-Diois. C'est un très beau village, les ruelles y sont typiques et il est vraiment très agréable de s'y promener.

Une journée encore bien remplie... au soleil.



23 mai

C'est mon dernier jour, j'ai fait l'essentiel de ce que je voulais voir

Je prends la route vers Valdrôme.
Vers Polyols je trouve quelques insectifera, pourpre, limodores. Le site indiqué par JF est assez casse-gueule, je n’insiste pas.

C’est dans un pré juste en dessous que je trouve ce pour quoi je suis venu, l’Ophrys fuciflora local (druentica).

Direction Valdrôme et ses environs pour des pivoines, malheureusement elles sont encore en bouton mais je vois quand même quelques bricoles telles que la pulsatile blanche. En allant vers Valdrôme je traverse un nuage de papillons, mélange de flambés et machaons. Ils s’accumulent sur une zone boueuse, cherchant probablement des sels minéraux. C’est un vrai régal, je n’en ai jamais vu autant, il y en a des dizaines. J'en compterai 25 sur une seule photo mais il y en a encore de très nombreux tout autour.

Pas le courage de grimper depuis la station de Valdrôme. Du coup je tente quelques coups de pêche à la truite mais le courant est très fort et l’eau hyper claire. Pas l’habitude de pêcher dans ce genre de milieu.
Le séjour se termine ainsi, sous le soleil, je me suis bien régalé. J’ai vu beaucoup de plantes et admiré des paysages grandioses. Vive la retraite.

E
n remontant vers la Normandie, je comptais m'arrêter vers Dijon afin d'y revoir les Sabots de Vénus. Malheureusement les infos que j'ai obtenues indiquent que la floraison est en retard. Je m'abstiendrai donc.





Je tiens à remercier ceux qui mon aidé dans la préparation de ce séjour. Un très grand merci tout particulier à Jean-François Tisserand pour son aide avant, pendant et sur place. Merci JF pour ces belles balades faites ensemble.





Texte - Photos des Orchidées - Autres plantes



© Philippe Burnel 2019