Retour au sommaire "orchidées"
Du rififi chez les Orchis
Article initialement publié dans le bulletin n°6 (2010) de la Sfo-Normandie complété fin 2016


Les changements nomenclaturaux sont souvent assez rébarbatifs et c’est, je crois, une des raisons essentielles de leur non-prise en compte par les orchidophiles qui, d’une manière générale, sont assez « conservateurs ». Pourtant différentes publications faites ces dernières années sur la base d’études moléculaires essaient de démontrer que la classification ancienne, un grand genre Orchis fourre-tout, n’est pas conforme à ce que devrait être un genre : monophylique. C’est ainsi que dans un premier temps un grand groupe d’espèces a rejoint le genre Anacamptis et un autre le genre Neotinea.

Récemment (Tyteca & Klein, 2008) sont allés plus loin, en éclatant le genre Anacamptis (redevenu monospécifique) et en créant un genre nouveau pour les autres espèces : Herorchis avec Orchis morio comme espèce type. Toutefois ce genre comprenant également le groupe de Orchis papilionacea un genre ancien est disponible : Vermeulenia

Dans le même temps ils séparent le groupe de Orchis tridentata  de Neotinea en créant le genre Odontorchis. De même le genre Orchis est restreint aux espèces du groupe de Orchis militaris (Incluant l'ancien genre Aceras) alors que les autres espèces (Groupe de Orchis mascula notamment) se voient attribuer un nom de genre nouveau : Androrchis.

Plus récemment, Delforge (2009) revient sur le sujet, soulève le problème de Vermeulenia prioritaire sur Herorchis mais, dans le même temps estime que le genre Herorchis tel que présenté par Tyteca & Klein n’est pas cohérent, il le divise donc : Herorchis  pour le groupe morio, Vermeulenia pour le groupe papilionacea et colina (cette dernière espèce ainsi que Orchis cyrenaica étant en position incertaine), Anteriorchis pour le groupe coriophora enfin il décrit un genre nouveau pour le groupe de Orchis laxiflora : Paludochromis.
Par contre Delforge regroupe à nouveau les Neotinea et les Orchis en incluant le groupe O. mascula  avec le groupe militaris. Je ne suis pas persuadé qu’il a vraiment raison sur ce point. Certes les études génétiques actuelles plaident en sa faveur mais je suis prêt à parier que l’on finira par se rendre compte que le grand genre Orchis incluant les groupes militaris et mascula est polyphylétique et il faudra donc bien tenir compte du genre Androrchis au moins pour le groupe de Orchis mascula.

L’absence d’hybrides, aussi bien entre Neotinea maculata et les Odontorchis qu’entre les  Orchis S.S. et les Androrchis montre bien que ces groupes sont génétiquement relativement éloignés et forment donc probablement des entités distinctes. 

A l’inverse, les nombreux hybrides au sein des ex-Anacamptis S.L. montrent un certain degré de parenté génétique, le statut sub-générique des actuels nouveaux genres créés à partir du grand genre Anacamptis serait alors peut-être plus approprié.
Ci-dessous un tableau récapitulatif simplifié.


 

Un peu plus tard Tyteca et al. (2012) montrent que les groupes Orchis S.S. et Masculae (traités en sous-genres) sont bien différenciés et qu'il y a davantage de différences morphologiques entre eux qu'entre chacun d'eux et le genre Anacamptis. 

Les auteurs s'appuient ensuite sur d'autres points (non hybridation naturelle, différence de polinisateurs, différence au niveau de la mycorhise) pour démontrer la sépration entre les deux groupes. Finalement les auteurs estiment que les différences sont suffisamment significatives pour justifier la séparation génerique en Orchis  et Androrchis.

En 2014, Tyteca enfonce le clou pour, à nouveau, justifier la séparation générique. Ses arguments sont pour le moins convaincants.

Mon évolution personnelle

En me basant à la fois sur les lectures scientifiques et sur les observations sur le terrain, j'ai été amené à réfléchir au classement des differents groupes de l'ex-genre Orchis. Totalement arbitrairement j'ai déterminé trois critères simples :

  1. L'oeil humain voit-il des différences notables au sein des groupes ? = Peut-on regrouper des espèces en fonction de leur pur aspect morphologique ?
  2. Les études génétiques montrent-elles que des groupes sont plus ou moins séparés ? Ce qui permet aussi de comprendre pourquoi il existe des hybridations plus ou moins fréquentes montrant une certaine parenté génétique.
  3. Existe-t-il une barrière reproductive = des hybrides plus ou moins fréquents sont-ils observés entre les espèces de groupes distincts ?


Si les réponses sont oui/oui/oui alors je pense que l'on a affaire à deux genres distincts, c'est le cas des groupes militaris et mascula. Voire même entre Neotinea maculata  et le groupe ustulata.

Par contre si on a comme réponse oui/oui/non les problèmes se corsent car dans ce cas on peut être en présence, par exemple, de Anacamptis et Serapias qu'il ne viendrait à l'idée de personne de regrouper dans le même genre ou de Anacamptis pyramidalis et Anacamptis morio qui ont un aspect différent, qui sont sur deux "branches" légèrement séparées d'un tronc commun, qui s'hybrident et que l'on intègre dans le même genre, la séparation de Anacamptis pyramidalis des autres "Anacamptis" me semble toutefois ineluctable, ne serait-ce qu'en raison de sa position basale au sein de l'arbre "Anacamptis S.L.", mais les études génétiques dans différents domaines se contredisant souvent en fonction des paramétrages informatiques il me semble urgent de ne pas trop se presser pour tirer des conclusions définitives.

Nous avons le même genre de problématique entre Gymnadenia  et  Dactylorhiza ou Gymnadenia et Nigritella  par exemple.

Ma position personnelle est donc hybridée entre l'avis de Tyteka et Klein (2008) et Delforge (2009) de la manière suivante - ce qui n'engage que moi et n'est peut-être pas un avis définitif - :
 
 

Genre
Sous-Genre
groupe d'espèces
Orchis
groupe militaris
Androrchis
groupe mascula 
Neotinea
maculata
Odontorchis
groupe ustulata
Anacamptis
Anacamptis
pyramidalis
Paludorchis
laxiflora, palustris..
Anteriorchis
groupe  coriophora
Herorchis
groupe morio
Vermeulenia
groupe papilionacea

 

Bibliographie :

Tyteca D.  & Klein E., 2008. Genes, morphology and biology – The systematic of Orchidinae revisited. J. Eur. Orch. 40(3):501-544.2008

Delforge P., 2009. Orchis et monophylie. Natural. Belges 90 (Orchid.22) (2009 : 15-35

Tyteca et al. 2012, On the morphological, biological and genetic heterogeneity of the genus Orchis (Orchidaceae, Orchidinae) Phytotaxa 75: 19–32

Tyteca et al, 2014, Systématique, phylogénie et isolement reproductif des sous-genres Orchis et Masculae (Orchidaceae, Orchidinae, Orchis). Cah. Soc. Fr. Orch., n° 8 (2014) – Actes 16e colloque de la Société Française d’Orchidophilie, Blois

 

© 2010-2016 Ph.Burnel