Cryptoheros altoflavus      publié dans AP n° 27 actualisé en janvier 2002

Le titre d'origine était "Archocentrus' sp aff. nanoluteus "Rio Cana"
Un beau petit Cichlidé pour découvrir l'Amérique Centrale.
 

Un article plus complet, écrit en collaboration avec Corinne Toumi, a été publié dans l'An Cichlidé Vol I

Tout le monde a entendu parler du "Nigro". Largement reproduit en captivité, largement dégénéré, il est disponible régulièrement sur le marché aquariophile. L'espèce appartient au genre nouveau Cryptoheros depuis que Archocentrus est restreint à A. spinosissimus et A. centrarchus - Allgayer 2001) regroupant sept espèces réparties en Amérique Centrale depuis le Guatemala jusqu'au Panama. Il s'agit d'espèces de taille modeste pouvant donc être maintenues dans des aquariums ne s'apparentant pas à des piscines. Les Nigros ont été pour beaucoup l'occasion de faire leurs premières armes avec les petits Cichlidés centraméricains. Prolifiques, envahissants, difficiles à écouler car trop connus, sans oublier leur réputation surfaite de terreur de l'aquarium, ils sont actuellement peu recherchés des amateurs.

En 1995, J.-C. Nourissat et P. de Rham ont découvert dans le Rio Caña sur la côte atlantique du Panama un très bel "Archocentrus" proche de nanoluteus et septemfasciatus. Il s'agit d'une espèce à la coloration particulièrement remarquable, marquée de nombreuses irisations hors de la période de reproduction et devenant pratiquement entièrement jaune avec des marques et un masque noir lors de la surveillance parentale. La dorsale de la femelle, marquée d'une grande tache noire cerclée d'irisations jaune-vert permet une distinction aisée des sexes.

La ponte a lieu sur un substrat caché. Les œufs, puis les larves, sont très attentivement surveillés par les deux parents. Une fois atteint le stade de la nage libre, le nuage d'alevins est promené par le couple dans tout l'aquarium à la recherche de nourriture. En l'absence de prédateurs, les jeunes se développent rapidement et prennent leur indépendance vers l'âge de un ou deux mois. Les parents sont alors aptes à se reproduire à nouveau. Si le bac est suffisamment spacieux, plusieurs portées pourront être maintenues ensemble. Dans le cas contraire, la surveillance très attentive du couple risque de nuire très sérieusement aux jeunes de la portée précédente.

A n'en pas douter, ce magnifique poisson doit pouvoir remplacer le Nigro dans le cœur des aquariophiles, au même titre que d'autres espèces du genre comme C. myrnae (autrefois connu comme A. "septemfasciatusTopaze") ou C. nanoluteus.
 
 

Mâle et femelle en dehors de la période de reproduction

Femelle et couple en reproduction

Conseils pour l'aménagement d'un aquarium de 200 litres contenant un couple de  "Caña" :

D'une manière générale la qualité de l'eau a peu d'importance pour les Cichlidés centraméricains, l'eau de conduite leur conviendra parfaitement. La filtration ne devra pas être trop énergique. Un décor constitué de roches et de racines assurera des cachettes suffisantes pour que nos Cichlidés s'y constituent un territoire ; les plantes robustes donneront une touche de couleur agréable à ce décor. L'espèce n'étant pas trop agressive, un couple pourra cohabiter sans problème avec des non-Cichlidés, Xyphos ou Platys choisis plutôt parmi les formes sauvages à nage rapide (les formes "voiles" marchant au diesel seront évitées). Parmi les Cichlidés, un couple de Thorichthys fera parfaitement l'affaire. L'alimentation ne devra pas être excessive mais de bonne qualité de façon à ce que nos poissons, Cichlidés ou non, se parent de leurs plus belles couleurs.

Un tel aquarium devrait apporter beaucoup de joies aux jeunes cichlidophiles comme aux plus chevronnés, chacun y trouvant une source d'observations passionnantes.

Autres articles

Retour au sommaire